Les ‘Supermodels’

« Those girls were so fabulous for fashion and totally reflected that time. They were like movie stars. »

Anna Wintour

C’est dans les années 1800 qu’apparaît le concept de ‘mannequin’, au même moment que la haute-couture. Certains couturiers, tels que Charles Frederick Worth, estiment plus judicieux de montrer leur collections sur de vraies femmes, plutôt que sur des portants en bois. 

Pendant plus d’un siècle, les mannequins n’ont qu’un rôle minime dans la mode. Il faut attendre les années 1940 pour que certaines d’entre elles soient demandées pour leur notoriété sur la scène publique. Suzy Parker est l’une des chefs de file, suivie quelques années plus tard par Veruschka et Twiggy, qui s’affirment par leur individualisme et leur forte personnalité. 

Il faudra attendre les années 1980 pour que les supermodels arrivent sur le devant de la scène. Être une ‘supermodel’ ce n’est pas être un mannequin aux millions de followers sur Instagram, à moins que votre nom soit Naomi Campbell, Cindy Crawford ou Claudia Schiffer. Les supermodels, ce sont les mannequins des années 1980-1990, principalement introduites par Gianni Versace et Azzedine Alaïa, qui en ont fait de réelles célébrités. Les supermodels c’est une équipe. Ce n’est pas un titre individuel, mais celui d’un groupe. Au début des années 1990, on les dénombrait au nombre de cinq, ’The Big 5′: Tatjana Patitz, Naomi Campbell, Cindy Crawford, Linda Evangelista & Christy Turlington. Claudia Schiffer viendra ensuite remplacer Tatjana Patitz. Puis Kate Moss rejoindra le groupe, suivie par Carla Bruni, Helena Christenstein, Stephanie Seymour, Yasmeen Ghauri ou encore Karen Mulder.

Naomi Campbell

On a souvent entendu Naomi dire devoir sa carrière à celui qu’elle appelait ‘Papa’: Azzedine Alaïa. Il fut en effet l’un des premiers à croire en son potentiel et à la faire défiler sur ses podiums à une époque où les mannequins noirs étaient encore presque inexistants. Elle obtiendra le surnom de ‘panthère noire’ du fait de son tempérament de feu et de sa grande personnalité.

Cindy Crawford

Bien que Kaia Gerber soit aujourd’hui presque plus connue des millennials que sa mère, Cindy Crawford restera l’un des plus grands mannequins de tous les temps. Sa distinction ? Son grain de beauté au dessus de la bouche. Au delà de sa carrière de mannequin, elle fera pendant longtemps la promotion de la marque Pepsi, présentera l’émission House of Style et créera sa propre émission de fitness.

Linda Evangelista

Linda est le ‘caméléon’ des supermodels. Pour la couverture du Vogue d’octobre 1988, le photographe Peter Lindbergh la convainc de couper ses cheveux à la garçonne. Sa carrière est lancée et suite à cela, elle continuera d’innover en matière de coupes et de couleurs de cheveux. Elle deviendra après Claudia Schiffer la muse de Karl Lagerfeld pour Chanel. 

Tatjana Patitz

Elle est l’une des supermodels originelles, bien qu’étant aujourd’hui beaucoup moins connue que les autres mannequins ici mentionnés. Pourtant, elle aussi était l’un des mannequins présents sur la couverture du British Vogue de janvier 1990 photographiée par Peter Lindbergh et apparaissant dans le clip Freedom de George Michael accompagnée de Naomi, Cindy, Christy et Linda. A l’époque, elle est l’un des mannequins préférés d’Anna Wintour.

Christy Turlington

Christy a pendant longtemps été qualifiée comme étant la ‘plus belle femme du monde’. En 1995, elle est la vedette du film documentaire de Robert Leacock ‘Catwalk’ qui suit les supermodels le temps d’une fashion week. Comme pour Naomi, Azzedine Alaïa est le premier à faire défiler Christy, lui donner des vêtements et la présenter à des photographes. 

Claudia Schiffer 

Claudia Schiffer sera la muse de Karl Lagerfeld et l’égérie Chanel de 1989 à 1994. Beaucoup lui verront une ressemblance avec Brigitte Bardot. Avant Chanel, elle a notamment travaillé pour Guess, marque qui lança sa carrière internationale. 

Kate Moss

Kate Moss est peut-être le mannequin le plus connu de cette génération et pourtant, elle ne fait pas partie des ‘Big 5’. Pourquoi ? Pour la simple raison qu’elle était beaucoup plus jeune que les autres lorsque qu’elle est arrivée sur les podiums. Elle défile pour John Galliano alors qu’elle n’a que quinze ans. Son physique atypique incarne une rupture avec les précédentes supermodels.

Rétrospective sur le phénomène des supermodels

Gianni Versace et ses supermodels (1992) : Elaine Irwin, Cindy Crawford, Stephanie Seymour, Carla Bruni, Claudia Schiffer, Naomi Campbell & Yasmeen Ghauri

Apolline Victoire

Laisser un commentaire