15139772_10206235572526509_305767623_n

Prix podium, concours jeunes créateurs : interview de Bastien Sebillot

Bonjour Bastien, pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Bastien Sebillot, je suis couturier autodidacte, installé en Belgique.

Depuis mon enfance je suis passionné par la création. C’est pour moi une manière de laisser une empreinte originale et personnelle.
Je me suis donc installé à Paris où j’ai suivi des cours de théâtre au cours Florent mais je me suis vite rendu compte que je me sentais plus à l’aise en créant des costumes pour mes collègues. J’ai donc quitté le cours Florent pour ensuite parvenir à obtenir un premier  stage chez Jackie Tadeonie, créatrice de costumes de scène.  Mon deuxième stage, je l’ai effectué chez le maître corsetier François Tamarin. Après je suis revenu en Belgique. En à peine un an, j’ai eu la chance de pourvoir montrer mes créations lors de plusieurs événements.

Mes inspirations me viennent d’un peu de tout et n’importe quoi:  j’essaye de composer avec tout ce qui m’entoure. Ma marque de fabrique est un mélange  indescriptible entre le mettable et  le non  mettable, agrémenté d’une  touche d’excentricité qui m’est propre.

Quelle est la première pièce que vous avez créée ?

Je n’ai jamais eu de première création je pense.

Mais s’il faut répondre, ma première création a été un blouson.

J’avais récupéré, sur une brocante, une redingote en laine grise de l’armée belge de taille XXL, que j’ai ensuite démontée,  ajustée à ma taille et entièrement transformée en blouson en y amenant une multitude d’éléments personnels.

Vous avez choisi 3 tenues pour le défilé parmi toute votre collection, comment s’est opéré ce choix ?

Ça n’a pas été facile .Ces trois modèles représentent un petit éventail du travail que je réalise pour le moment, inspiré de l’oeuvre du peintre français Pierre Soulages  :   «  le noir lumière  ».

Et j’ai choisi de montrer ce côté plus frivole.

Quelque chose vous déplait-il dans le monde de la mode  ?

Il y a plein de choses qui ne me plaisent pas .. comme il y a beaucoup de choses qui m’attirent mais s’il fallait en retenir une, ce serait la sordide question d’argent car l’artisanat, mine de rien se paie!

Quel est l’élément de vos tenues qui indique que cette création est la vôtre et pas celle d’un autre créateur ?

Tout est une question de détails dans mon travail.  Le but étant la recherche de l’équilibre et de la différence. C’est à travers l’usage de matières très différentes que je joue avec les différents tons de noir  en y ajoutant une touche colorée, parfois.

Avez-vous déjà des idées pour vos prochaines collections ?

Bien sûr, j’ai déjà une multitude d’idées pour mes futures créations mais je n’ai pas encore de réel fil conducteur ou de thème pour le moment  !

Pourquoi avoir choisi la prédominance du cuir dans votre collection  ?

Le cuir m’est apparu comme une des matières maîtresses  de la collection. Je recherchais une matière vivante et changeante qui me faisait penser à une première couche de peinture qui avait séchée laissant apparaître des traits et des légères craquelures.  Les superpositions de tulle, créant toutes ces nuances de noirs, à la façon Soulages, sont venues se marier avec cette première matière ainsi que l’ajout ponctuel de couleurs choisies.

Que diriez-vous aux personnes qui, comme vous, veulent se lancer dans le milieu de la mode mais qui n’ont pas fait les études adaptées  ?

Etre autodidacte permet une grande liberté de création, mais il n’y pas de liberté de création sans contraintes auxquelles on doit faire face tous les jours. Il est très important de s’entourer des personnes qui vous portent vers le haut. Il faut toujours prendre et accepter la critique facilement car c’est grâce à elle que l’on avance. La mode est une discipline où il faut être patient et passionné  !

Laisser un commentaire