1381861350569307719_402976132

Prix Podium, concours jeunes créateurs : interview d’Alizée Roland

Bonjour Alizée, pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Alizée Roland, j’ai 23 ans je viens de Wavre en Belgique et je suis fraichement diplômée en stylisme-modélisme de la Haute Ecole Fransisco Ferrer à Bruxelles. Ayant suivi un an d’architecture, cela m’a énormément aidé  pour créer une harmonie entre les formes du corps et celles du vêtement. Mes créateurs fétiches sont Aya Sato, Alexander Mcqueen et Iris Van Herpen.

En ce qui concerne mon univers, mon défi est de rendre la femme belle, qu’elle se sente comme une Reine. J’aime l’idée qu’une femme puisse être tellement imposante, qu’elle intimide énormément. Je m’inspire de toutes les formes d’arts pour créer.

 Quelle est la première pièce que vous avez créée ?

Ma première réalisation fut créée lors de ma première année de stylisme-modélisme. La demande était de réaliser parfaitement la jupe qu’un créateur avait déjà réalisée. J’avais choisi une jupe jaune à quilles qu’avait réalisée David Koma.

Vous avez choisi 3 tenues pour le défilé parmi toute votre collection, comment s’est opéré ce choix ?

J’ai choisi les trois tenues qui avaient un impact visuel très fort, du caractère. Sur ces tenues, je ressentais parfaitement l’idée que je voulais refléter de la femme qui porte mon vêtement, à savoir,  un être de pouvoir qui en est limite intimidant.

Si vous pouviez changer quelque chose dans la mode, qu’est-ce que ce serait ?

Le fait que certains dans le monde de la mode restent coincés dans un moule.

 Qu’est-ce qui différencie vos créations de celles de quelqu’un d’autre ?

La féminité, le côté instinctif des formes qui entourent la femme, le caractère, le sentiment de pouvoir, d’importance…

Avez-vous déjà des idées pour vos prochaines collections ?

Oui quelques-unes. J’aimerais évoluer dans mes techniques, utiliser des matériaux auxquelles on ne pense pas forcément pour continuer à mettre la femme en valeur. J’aimerais pouvoir utiliser l’imprimante 3D pour mes futures créations.

Votre univers rappelle irrémédiablement la culture africaine, pourquoi ?

Effectivement, ma belle-mère est congolaise et j’avoue qu’elle m’a fait découvrir beaucoup de choses de cette culture. Un voyage au Sénégal et ce voyage à littéralement changé ma vie, je suis sortie de ma zone de confort habituelle et j’ai découvert le monde.

 Pourquoi s’être inspirée du mouvement Afropunk pour cette collection ?

Le mouvement Afropunk est un mouvement que j’ai découvert il y a 3 ans en faisant mes recherches sur le style punk sur Pinterest. C’est un festival né à Brooklyn et inspiré d’un documentaire amateur qui dénonçait les discriminations raciales. Le style des jeunes femmes présentes à l’évènement est très moderne, inspiré du punk et de tellement de cultures différentes. J’ai choisi ce thème simplement parce que c’est un mouvement très récent et encore peu connu en Europe. De plus, j’aime  les messages que cherche à transmettre ce mouvement.

J U N G L E ? Q U E E N with @elodiedrareg @juliettemarounek and @rolandfashiondesign #fashion #jungle #goodmorning #junglequeen #springsummerline #fresh #flower #colors #afrostyle #afro #turban #afropunk #septum #fabrics #prints #flowerpower #myanaconda #nickiminaj #grownwoman #beyonce #slay
J U N G L E ? Q U E E N with @elodiedrareg @juliettemarounek and @rolandfashiondesign #fashion #jungle #goodmorning #junglequeen #springsummerline #fresh #flower #colors #afrostyle #afro #turban #afropunk #septum #fabrics #prints #flowerpower #myanaconda #nickiminaj #grownwoman #beyonce #slay

Laisser un commentaire