Les grands couturiers libanais

“Beirut is the Elizabeth Taylor of cities: insane, beautiful, falling apart, aging, and forever drama laden.”

Rabih Alameddine in An Unnecessary Woman

On se demanderait presque comment un si petit pays a pu abriter autant de génies de la couture. Et pourtant, les plus notoires d’entre eux redessinent aujourd’hui le devant de la scène de la mode du Liban, en s’assurant une renommée dans le monde entier.

Elie Saab

“My signature look is a combination of glamourous silhouette and feminine details.”

Elie Saab est celui qui a sans aucun doute placé le Liban sur l’échiquier mondial de la mode. Et pourtant, rien ne le prédestinait à la couture. Mais son rêve d’enfant était de voir les femmes autour de lui plus belles, alors même que la guerre civile libanaise débutait. Alors qu’il n’a que neuf ans, il commence à dessiner des croquis, à découper des rideaux et des nappes, son avenir est tracé. A dix-huit ans, il ouvre son premier atelier à Beyrouth, entouré d’une quinzaine d’ouvriers. Sa première collection est lancée en 1982. Sa carrière pourrait être divisée en deux majeure parties : la première, celle qui s’étend jusqu’en 1996, est focalisée sur les pays arabes, le Liban et le Moyen-Orient ; la seconde, après 1996, est l’ouverture à l’international, plus de responsabilités, un réel challenge. Ce tournant a lieu exactement en 1997, le jour même de son défilé Alta Moda à Rome. Il est le premier couturier étranger à intégrer la fameuse Camera Nazional de la Moda, qui coordonne la mode italienne dans le monde.

Devenu couturier de renom, il rêve de s’installer à Paris, entouré des couturiers qu’il aime.  Christian Dior fut l’un d’entre eux, et Elie Saab s’est notamment inspiré de la féminité des créations de Christian Dior, notamment sa gestion exceptionnelle des volumes. C’est décidé, il s’installe en 2002 à Paris, et se fait une place parmi les autres couturiers du triangle d’or.

Une chose à savoir sur Elie Saab : il ne se précipite pas dans ses décisions, il avance doucement mais sûrement et pense de façon stratégique pour ne pas faire d’erreurs.

Alors qu’il conquiert pas à pas la mode européenne, ce n’est qu’en 2002 qu’il va s’imposer aux États-Unis, lorsque l’actrice américaine Halle Berry remporte l’Oscar de la meilleure actrice portant l’une de ses créations.

Depuis ce jour, Elie Saab habille les plus grandes stars d’Hollywood et du monde entier, toujours avec l’objectif de sublimer ces femmes qui portent ses créations.

Zuhair Murad

Zuhair Murad ouvre son premier atelier à Beyrouth en 1997 et il ne doit attendre que deux ans avant de se faire inviter à la Fashion Week de Milan où il présente une collection de prêt-à-porter. Quatre ans plus tard, il est invité à présenter une collection intitulée « Couture », et il faudra qu’il attende 2012 pour bénéficier du titre de Membre Invité de la Chambre syndicale de la haute couture de Paris.

A la différence d’Elie Saab dont le siège social est à Paris celui de Zuhair Murad est au Liban.

Les créations de Zuhair Murad sont une ode à la nature, et difficile de ne pas s’imaginer tout droit sorti d’un conte de fée lorsque l’on porte l’une de ses créations.

Reem Acra

Le parcours de Reem Acra, elle aussi originaire de Beyrouth, est bien différent de celui de ses prédécesseurs. Reem Acra est née entourée par la mode. A cinq ans, elle accompagnait sa mère dans les souks pour acheter du tissu. C’est là que la petite fille a commencé à apprécier la beauté des couleurs et la texture des tissus. Reem Acra disposait alors d’une couturière personnelle, et très tôt elle a commencé à se coudre ses propres habits et ceux de sa mère. Très vite, toutes ses tenues étaient signées « Reem Acra ».


Alors qu’elle n’est qu’adolescente, une femme impressionnée par son talent, lui propose d’organiser son premier défilé. En juin 1982, les créations de Reem Acra défilent pour la première fois.

Elle sait qu’il est difficile d’obtenir quoi que ce soit sans un travail acharné. En 1982, elle obtient son diplôme de commerce à l’université américaine de Beyrouth avant de s’envoler pour New York, où elle obtient un second diplôme du Fashion Institute of Technology. Pour parfaire ses diplômes en mode et commerce, elle traverse l’atlantique et se rend à Paris, où elle étudie à l’École Supérieure des Arts et Techniques de la Mode (ESMOD).

Contrairement à Elie Saab, qui est d’un naturel prudent, Reem Acra a soif d’aventures, et après qu’elle ait quitté Paris pour Hong Kong et Taiwan, avec entre temps une carrière de designer d’intérieur, elle abandonne un projet de trente millions de dollars pour lancer sa propre marque de robes de mariées à New York.

C’est en 1999 qu’a lieu son premier défilé. Triomphe. La presse souligne même une collection qui change la donne dans l’industrie de la mode. Aujourd’hui, ses robes de mariées comme sa ligne de prêt-à-porter sont portées par de nombreuses personnalités.

Rabih Kayrouz

Rabih Kayrouz quitte son Liban natal pour Paris, à seize ans, pour étudier à la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne. En 1995, après avoir travaillé pour Dior et Chanel, il retourne à Beyrouth, où il crée des robes du soir et des robes de mariées. En 2008, il retourne à Paris, où il ouvre sa maison de Couture.

Il devient comme Zuhair Murad Membre Invité de la Chambre Syndicale de la Haute Couture, cela jusqu’en 2012, quand il abandonne la Couture pour se focaliser uniquement sur le Prêt-à-Porter.

Le style de Rabih Kayrouz peut être décrit comme pragmatique, innovant et urbain.

Georges Hobeika

Georges Hobeika est né à Baskinta, un village dans les montagnes du Liban. Sa mère, couturière, encourage Georges et ses sept frères et sœurs à l’assister. Georges ne considère la mode que comme un hobby et étudie l’ingénierie à l’université avant de poursuivre des études d’architecte. Comme beaucoup de ses prédécesseurs, la guerre civile libanaise le pousse à quitter le pays pour Paris où il travaille pour quelques grandes maisons.

En 1995, de retour au Liban, il ouvre son premier atelier de couture à Beyrouth. Il crée avec sa mère une véritable Maison de Couture. Depuis 2011, ses collections défilent à Paris.

La gamme de ses produits est très large: Couture, Bridal, Prêt-à-Porter, Decor, Ameublement….

Apolline Victoire

Laisser un commentaire