La place de l’homme sur les catwalks

Giambattista Valli soulignait que « la chose la plus difficile dans la mode n’est pas d’être connu pour un logo, mais d’être connu pour une silhouette ». Dans un monde où l’effervescence des logos est de plus en plus présente, la silhouette reste pour les spécialistes ce qui permettra de se souvenir d’un créateur au-delà d’une marque. Ces dernières années, certains créateurs ont mis en avant une silhouette bien précise pour se faire une place dans l’univers de la mode masculine.

Certains diraient que le vestiaire masculin est relativement sobre encore aujourd’hui, ou du moins si vous n’avez pas une âme Gucci. On est loin aujourd’hui de l’époque de Louis XVI où les hommes pouvaient porter rubans, pierreries et tissus flamboyants sans être jugés. Le XIXe siècle laissait place au costume trois pièces sombre : acajou, anthracite, aubergine, bleu marine, bleu nuit, bordeaux, et la seule folie que s’accordaient les hommes était un costume bleu majorelle. Et si les garde-robes ont beaucoup changé au cours des siècles, c’est grâce aux bouleversements à la fois économiques, politiques et culturels. Si vous pensez encore que les années 1950 n’ont aucune influence sur votre style, rappelez-vous que c’est là qu’a eu lieu la démocratisation du port du jean, et la popularisation du streetwear menée par René Lacoste et Ralph Lauren.

Alors que jusqu’ici, la fashion week était presque exclusivement féminine, on remarque que de plus en plus de place est accordée aux hommes sur le catwalk, notamment grâce à la mise en place de défilés mixtes. De plus, face à l’émergence de marques innovantes et la qualité présentée sur les ventes en ligne, le consommateur masculin est de plus en plus éduqué à la mode, notamment via les réseaux sociaux.

En effet, difficile d’imaginer que la marque Suprême aurait eu l’influence qu’elle a eu sans les réseaux sociaux. Cette marque, initialement créée pour les skateurs, s’est très vite forgée une image en marge de ses concurrents et s’est diffusée grâce à ses collaborations avec des marques et des artistes contemporains. Il en va de même pour le succès fulgurant de Virgil Abloh et sa marque Off-White. Ce qui séduit chez Off-White, c’est le fait de trouver le juste milieu entre streetwear et avant-garde mode.

Ce que certains oublient la plupart du temps, c’est l’influence qu’une collection peut avoir sur une société toute entière. Même si vous vous prenez trop au sérieux pour vous soucier de ce que vous portez, sachez que mettre un simple jean skinny découle d’une tradition instaurée par Hedi Slimane. En effet, en 1996, Pierre Bergé nommait Hedi Slimane comme directeur des collections prêt-à-porter homme avant d’en devenir directeur artistique.  Juste avant de quitter la maison, il présentait dans sa collection automne/hiver 2000-01 une silhouette qui deviendra par la suite iconique : celle du « skinny » pour les hommes. Chez Dior, il imposera notamment les skinny jeans qui en 2005 étaient considérés peut-être choquants mais révolutionnaires. Certains spécialistes parlent d’une véritable rupture opérée par Hedi Slimane dans la mode masculine. Il est d’ailleurs le premier créateur à dessiner des collections masculines à recevoir en 2002 le prestigieux prix du CFDA, conseil des créateurs de mode américain.

 

La mode masculine est plus que jamais un défi, un signal fort, dans le secteur du luxe, comme en témoigne le défilé Dior homme du 23 juin dernier. Cette collection singulière a marqué les esprits, tant par le travail singulier de Kim Jones, que par la collection de bijoux imaginée par Yoon Ahn. Certes cette collection semble s’éloigner de l’élégance souhaitée par Christian Dior en imposant une fois de plus un streetwear apprécié, mais le tailoring reste fluide et raffiné. Les costumes croisés de Kim Jones rendent même hommage à la collection automne-hiver 1950 de Monsieur Dior.

Ainsi, l’intérêt grandissant des hommes pour les vêtements serait aujourd’hui la conséquence d’une « stratégie culturelle déployée par les marques ». Celles-ci déploient l’idée d’une obsolescence des vêtements qui incite ces messieurs à vouloir suivre les tendances et à trouver démodé ce qui date de la saison dernière.

 

Apolline Victoire

Laisser un commentaire