Défilé Créateurs : Interview de Malhia et Zannirah – Pôle Création

Bonjour, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Malhia : Je m’appelle Malhia Balegh, j’ai bientôt 20 ans et je suis originaire de la région parisienne. Je suis actuellement en L3 à SKEMA Business School.

Zannirah : Bonjour, je m’appelle Zannirah Randera et je suis née à la Réunion. J’ai intégré SKEMA Business School en 2017 et je suis actuellement en M2 Droit des Affaires.

Depuis quand êtes vous passionné(e) par la mode/la création ?

Malhia : Je crée des vêtements depuis l’âge de 15 ans et c’est devenu une réelle passion. Pourtant à l’origine, rien ne m’y destinait puisque c’est par hasard que j’ai découvert le monde de la création. A la recherche du cadeau pour mes 15 ans, j’ai jeté mon dévolu sur une machine à coudre en promotion car elle me permettrait, par la suite, de créer mes propres vêtements sans limite financière. Je me suis donc formée seule à l’aide de tutos Youtube pour appréhender la machine à coudre et réaliser des vêtements. Au fil des années, j’ai acquis de l’expérience et j’ai monté mon petit « business » sur Instagram en vendant mes collections (environ 50 en tout). Pour moi la couture est un moment de partage et j’aimerais qu’elle soit plus connue et pratiquée.

Zannirah :  Je suis passionnée par la mode et par la création depuis que je suis toute petite. Ma grand-mère et ma mère m’ont transmis cette passion. Depuis, j’adore créer, que ce soit des bijoux, des objets en perles ou des vêtements. J’aime également beaucoup dessiner. Mon passe-temps favori est de créer de nouvelles choses et en découvrir plus sur le monde de la mode et de la création. J’apprends beaucoup par le biais de Youtube ou de sites internet et je veux également diversifier mes domaines de création : après les perles et la couture, je souhaite me tourner vers le tricot.

Qu’est ce qui vous inspire dans la mode ?

Malhia : Pour moi la mode est un moyen d’expression, elle permet de s’affirmer et d’avoir confiance en soi. Notre style doit nous représenter ! Il faut savoir apporter une touche personnelle et originale à son look pour vraiment le rendre unique. Je vois aussi la mode comme le mélange des cultures. Par exemple, je réalise énormément de kimonos, c’est ce qui se vend le mieux. Et pour la réalisation de ces kimonos, j’opte pour une coupe inspiration asiatique en utilisant ensuite des tissus satinés très colorés avec souvent des motifs arabesques en référence à la culture arabe. J’aime aussi travailler des matières comme le wax, un tissu africain très coloré et tendance qui permet d’apporter cette touche d’originalité dans une tenue.

Zannirah : Tout ce qui est autour de moi. Entre les défilés, les magasins, ce que portent les gens … Bref, on trouve de l’inspiration partout. Et c’est ça qui est génial ! La création permet de laisser libre cours à son imagination. Si on ne trouve pas quelque chose que l’on veut, alors on peut le créer ! La mode peut être envisagée de différentes façons : la création, la customisation, le dessin … Il n’y a aucune limite !

Avez-vous des créateurs que vous affectionnez tout particulièrement ?

Malhia : Je n’ai pas de créateurs que j’affectionne particulièrement. Cette constatation est due à ma préférence pour le monde du prêt à porter plutôt qu’à la haute couture. Mon inspiration se nourrit des vitrines mais aussi des propositions de look des passants dans la rue. Si une pièce retient mon attention, je la note dans mon carnet pour pouvoir par la suite l’exploiter. Si je devais cependant citer une personne que j’affectionne particulièrement dans le secteur de la mode ce serait Cristina Cordula car elle est pétillante et montre tout le pouvoir des vêtements à travers ses différentes émissions. Maintenant j’aimerais enrichir mes connaissances sur le monde de la haute couture et j’espère y parvenir au travers de l’association Métamorphose.

Zannirah : Je n’ai pas de créateurs que j’affectionne particulièrement. J’aime bien regarder un peu de tout, ce qui peut aller du défilé haute couture aux magasins de prêt-à-porter. C’est intéressant de voir les différents looks qui existent et ainsi, de pouvoir créer son propre style.

Avez-vous des matières fétiches que vous aimez travailler ?

Malhia : Pas spécialement, j’adore tester beaucoup de matières différentes.

Zannirah : Je n’ai pas de préférence, mais j’aime beaucoup découvrir de nouvelles matières et avoir la possibilité de les travailler. Créer permet, en effet, d’élargir le champ des possibles, d’inventer, d’imaginer et d’en apprendre toujours plus !

Le thème « Quand les matières prennent l’air… » vous a-t-il inspiré ?

Malhia : Oui beaucoup car je trouve ce thème original et très technique à la fois car il faut savoir donner du mouvement à sa tenue. Le choix des couleurs et des tissus était donc déterminant. Le thème m’a d’abord fait penser à des nuages : symbole de l’aérien, de la douceur. C’est pourquoi j’ai choisi d’utiliser dans mes tenues un tissu blanc à poils et plumes très volatiles. Pour jouer sur le côté aérien j’ai également utilisé des tissus vaporeux. J’ai opté pour des couleurs pâles comme le blanc, le beige, le taupe. Je pense aussi que ce thème incite à créer des pièces très extravagantes. Pour moi c’est donc l’occasion de miser sur des accessoires volumineux ainsi que sur des coiffures pour les mannequins assez volumineuses et aériennes.

Zannirah : Oui, ce thème était très inspirant. Pour ma part, cela m’a fait penser au côté aérien et léger des vêtements et de certains tissus (comme le tulle). Dire que « les matières prennent l’air » donne l’impression qu’elles vont « s’envoler ». Ce qui est assez fascinant. On se demande alors comment faire pour donner ce côté « air » et « volume » aux vêtements.

Quel type de pièces avez-vous choisi de faire défiler ?

Malhia : J’ai choisi de faire défiler deux tenues dans une gamme de couleurs similaires pour créer une unité : blanc, taupe, beige. J’ai utilisé le « tissu façon nuage » dans les deux tenues. Ces deux tenues sont très chics et féminines.

La première : un ensemble avec une jupe taille haute se finissant par un petit volant et un top façon bandeau. On retrouve vraiment le thème dans la veste et le sac : j’ai choisi de réaliser une veste avec le « tissu façon nuage » et un sac très original avec des matériaux de récupération (de la toile d’anciens todd bags et une grosse fleur en papier décoratif). Mon mannequin, Amel, joue également un grand rôle dans la tenue grâce à sa coupe de cheveux afro très volumineuse qui viendra apporter du caractère à l’ensemble.

La deuxième : une jupe longue taille-haute assez volumineuse en tulle transparent taupe avec un fond de robe crème. Le fond de robe est bien plus court pour laisser paraître les jambes de mon mannequin Agathe et donner plus de style à la tenue avec un effet « jupe à deux étages ». J’ai réalisé un haut sans décolleté avec le « tissu façon nuage ». Je vais accessoiriser cette tenue avec une ceinture taupe pailletée pour marquer la taille et rendre l’ensemble très chic.

Zannirah : J’ai choisi de faire défiler une salopette-jupe de couleur noire car je trouve que c’est un vêtement léger. Par-dessus la jupe de la salopette, j’ai décidé d’y ajouter une jupe en tulle, afin de donner un côté plus aérien. En effet, j’ai souhaité recréer un univers autour de la danse, notamment avec la danse classique, un art qui est à la fois élégant et très aérien.

Avez-vous déjà montré votre travail au grand public ? (défilé, blog…)

Malhia : Ce défilé sera l’occasion de montrer réellement mes créations à un public sinon j’ai en effet une page Instagram « mashamalhia » dédiée à ma couture qui me sert de vitrine pour attirer de nouvelles clientes et faire des ventes.

Capture d’écran 2018-11-21 à 11.11.43

Zannirah : L’année dernière, lors du défilé de novembre 2017 de Méta. C’était la première fois que je montrais mon travail au grand public. J’avais cousu une jupe de couleur blanche, assortie d’une petite ceinture élastique noire et j’avais customisé un haut de couleur bordeaux, en y ajoutant des motifs en perles. C’est difficile d’expliquer ce que j’ai ressenti lorsque, pour la première fois de ma vie, j’ai vu ma création défiler … Le sentiment était indescriptible ! C’est extraordinaire de pouvoir présenter ce que l’on crée, devant autant de personnes. L’expérience était vraiment incroyable et j’ai hâte de pouvoir montrer à nouveau mes créations.

Sans titre

Souhaitez-vous faire de la mode un acteur plein et entier de votre projet professionnel ou est-ce seulement une passion ?

Malhia : Oui, je souhaite devenir directrice de collection dans des enseignes de prêt-à-porter telles que New Look, Esprit, The Kooples. Par la suite, une fois que j’aurai assez d’expérience je compte lancer ma propre marque de vêtements.

Zannirah : Pour l’instant, c’est une passion. Je suis novice en couture mais j’adore apprendre et créer ! J’ai toujours eu cette idée d’en faire un véritable projet. Alors pourquoi pas plus tard, essayer de transformer cette passion pour la mode et la création, en quelque chose de plus concret !

Pensez-vous qu’aujourd’hui la mode est accessible à tous ?

Malhia : Pour moi la mode est accessible à tous et c’est la vision que je défends au maximum mais il faut savoir s’en donner les moyens, connaître les bons plans. C’est comme ça que mes amis me surnomment, « la Reine des bons plans » car j’arrive justement à m’habiller avec un tout petit budget. J’achète presque tous mes vêtements dans les friperies, les brocantes, j’aime les transformer en leur donnant une seconde vie (ex : transformer un grand jean homme très mal coupé en jupe en jean pour femme très tendance). C’est cette mode accessible à tous que j’affiche sur ma page Instagram en réalisant des photos avec en légende le descriptif de chacun de mes vêtements, leur prix et leur provenance. C’est pour cela que je ne suis pas attirée par la mode haute couture car elle est, selon moi, bien trop inaccessible.

Zannirah : Oui, définitivement. La mode est accessible à tous ! Chacun peut créer ou assembler des pièces comme il l’entend. Chacun a son propre style et c’est ce qui est le plus important et le plus intéressant ! Il n’y a aucunement besoin de suivre les nouvelles tendances ou tous se ressembler. C’est beaucoup plus fascinant de voir différents styles et choix vestimentaires. C’est ce qui rend une personne unique.

Rendez-vous prochainement pour l’interview de deux autres de nos créateurs du pôle Métamorphose.

Bérénice

Laisser un commentaire