TIE vs BOW TIE (4)

DANS LES ARCHIVES DE LA MODE

Dès le XVIIe siècle, Jean Baptiste Colbert affirmait que « La mode est à la France ce que les mines du Pérou sont pour l’Espagne ». Bien qu’il ait été l’un des premiers à reconnaître la légitimité de la mode pour l’économie du pays, la légende de la mode française s’est construite progressivement grâce à l’arrivée de couturiers devenus mythes.

Peu de gens ignorent que la France est le berceau de la haute couture. Cependant, plus nombreux sont ceux qui méconnaissent Charles Frederick Worth, anglais qui inventa la haute couture parisienne. Au début du XIXe siècle, il voulut en effet répondre aux besoins spécifiques des nouvelles classes bourgeoises en proposant des modèles originaux adaptés aux mesures des clientes et réalisés dans ses propres étoffes. A la fin du XIXe siècle, alors que Jeanne Lanvin fait fureur avec ses robes de style qui facilitent la vie des jeunes filles assistant à leur premier bal, Paul Poiret propulse les femmes dans le XXe siècle et amorce la libération du corset. Plus qu’un simple couturier, Paul Poiret est le premier à comprendre l’importance de la communication et c’est pour cela qu’il va diversifier ses activités en commercialisant un véritable art de vivre.

Au début du XXe siècle, des personnalités en tout genre vont se faire un nom, que ce soit Jean Patou, Madeleine Vionnet ou encore Elsa Schiaparelli. Celle dont le succès va être le plus flagrant est sans doute Gabrielle Chanel dont la caractéristique la plus étonnante est l’art qu’elle prodigua à se rendre inintelligible et la persistance avec laquelle elle perpétua son déguisement.

Impossible d’oublier celui que Chanel décrira comme le seul couturier au sens propre du terme, Cristóbal Balenciaga. Il fut le prince frugal d’un luxe suprême, mêlant à la fois l’austérité et la violence baroque de l’Espagne. Il s’instaura très vite comme le maître de nouveaux talents qui ne sont pas moindre – je ne citerais là qu’Hubert de Givenchy et Christian Dior. Christian Dior, ce nom magique qui comporte ceux de Dieu et or, selon les dires de son fidèle ami Jean Cocteau. Tout le monde le connaît, ou du moins croit le connaître. Quand on parle de Christian Dior en tant que marque, on évoque l’élégance, le savoir-faire, presque machinalement. Et parfois, en voulant témoigner notre admiration pour une marque qui a su perdurer, on s’attire une foule de regards étonnés quant à la légitimité de nos assertions. Certes, Christian Dior représentait en son temps l’élégance française. Mais cette affirmation n’est possible qu’en s’imaginant le contexte de l’époque.

Le New Look ?  Une révolution pour l’opinion publique mais un simple retour à la norme et au bon sens pour les connaisseurs. Toutes ces mains prodigieuses ont habillé les grandes dames de la première partie du XXe siècle et bien qu’ils ne soient aujourd’hui plus de ce monde, leur esprit perdure encore à travers leur marque. Il convient donc de rappeler leur histoire et d’analyser leur parcours pour comprendre comment de simples gens talentueux ont pu devenir tout bonnement des légendes.

A bientôt,
AVF

 

Screen Shot 2018-10-10 at 17.51.48

Laisser un commentaire